Brooks Koepka

« Les tournois majeurs sont parfois plus faciles à gagner… »

« C’est phénoménal ! Une course d’enfer… je ne veux pas que ça s’arrête ! »  s’enthousiasme Brooks Koepka, nouveau numéro un mondial, le roi de Bethpage Black, où, en mai dernier il a écrit une page de l’histoire du golf en remportant pour la deuxième fois d’affilée l’USPGA. Le Floridien de 29 ans décroche son quatrième titre du Grand Chelem, en moins de 24 mois. Personne avant lui n’avait réalisé un doublé US Open- PGA Championship ! Il rejoint l’équipe sacrée des vainqueurs de Majeurs avec Hogan, Palmer, Nicklaus et Woods.

Le parcours de Bethpage Black est un monumental par-70 dessiné par Tillinghast, considéré comme l’un des tracés les plus difficiles de la planète. Grace à sa puissance de frappe et à son putting incroyablement précis, Koepka a maîtrisé le jeu et rendu une carte de 63 le premier jour puis de 65 le deuxième jour, un record historique sur un majeur : 128 pour 36 trous, exceptionnel ! La voie lui était grande ouverte pour défendre son titre.

Koepka en action au printemps sur le parcours très difficile de Bethpage Black.

Au départ du dimanche à Bethpage Black, avec une avance de 7 coups, Koepka semblait invincible, on le surnommait même le « Terminator ». En 2018 au Wannamaker PGA Trophy à Bellerive, il avait battu Tiger Woods et Adam Scott pour remporter sa première et majestueuse victoire, surprenant la planète golf. Un peu avant l’été dernier, sur le parcours redouté de Shinnecock Hills – où les pros ont subi de grosses frustrations et pénalités – Koepka a dominé tout le monde et défendu avec succès son premier US Open 2017 conquis à Erin Hills. Ça se jouait à guichets fermés le dimanche, le public attendait Koepka et Harold Varner III, juste derrière Dustin Johnson et Jordan Spieth ; Johnson a  terminé deuxième, Spieth, à égalité en troisième position. Varner a fait birdie dès le départ. Le bogey de Koepka après un drive atterri dans rough a agité la foule car il y avait seulement 5 coups d’écart : -6 pour Varner contre -11 pour Koepka. Varner a toutefois terminé avec une carte de 81. Se mettre dans sa coquille, rester concentré sur son jeu, Koepka a su le faire sur 63 trous. Il a fait quatre bogeys d’affilée sur le retour, cinq sur sept trous ! « Je n’étais pas nerveux, j’étais juste choqué », a déclaré Koepka plus tard. Lorsque le public a commencé à scander « DJ », Brooks s’est rappelé 2016 et son désir de gagner un Majeur lorsqu’il a vu DJ jouer l’US Open. Les railleries des fans l’ont fait réagir alors qu’il pensait « Maintenant, tout le monde est contre moi. Allons-y ! » Son avance de sept coups s’est réduite à un coup grâce au superbe jeu de Johnson et à ses quatre bogeys.

La détermination de Koepka sur les derniers trous, ajoutée aux hurlements des fans new- yorkais, créait une ambiance très singulière. Deux super coups de drive ont permis à Koepka de faire pars alors que Johnson subissait des bogeys : le vent en rafale n’a aidé personne. Une mince échappatoire qui a permis à Koepka de triompher : « C’est peut-être la journée la plus stressante que je n’ai jamais vécue sur un parcours de golf dans toute ma carrière. Heureusement que cela s’est arrêté », a expliqué le Floridien. « DJ m’a mis sous pression, il a réussi un quatrième tour incroyable. Il a fallu que je me batte, c’est fou, je n’ai jamais pensé que je gagnerais ce titre deux fois dans ma carrière et que je parviendrais à le défendre cette année, je suis sous le choc », a-t-il ajouté. « Cette victoire a été difficile à aller chercher, c’est pour cela aussi qu’elle est la plus satisfaisante de mes quatre victoires en Grand Chelem », a-t-il assuré.

Koepka est le nouveau modèle pour les golfeurs : concentré, intrépide, il calcule les risques, joue avec précision, reste solide physiquement et mentalement lorsque les conditions deviennent difficiles. Le mantra de Koepka est de visualiser avec rapidité, décider, se concentrer et jouer ; il est très franc sur le jeu lent. Peut-être que maintenant les golfeurs apprécieront davantage Brooks que par le passé, lorsqu’il volait sous le radar… une nouvelle ère Koepka peut-être ?

Koepka , surprenant lors de l’US Open en juin

Sur la superbe péninsule de Monterey, le mythique links de Pebble Beach, spectaculaire comme toujours, a mis au défi l’un des meilleurs golfeurs du monde, en course pour un troisième titre Majeur cette année. La victoire de Tiger Wood sur Brooks Koepka aux Masters, puis celle de Brooks à Bethpage Black, remportant le trophée Wannamaker ont attisé l’intérêt du public. Koepka, unique tenant de quatre titres Majeur à la fois, était sur le point d’obtenir son troisième titre à l’US Open à Pebble Beach. En jouant 69, 69, 68 et 68 sur les quatre jours, Koepka avait sa chance. Il a marqué quatre birdies sur les neuf premiers trous mais cela n’a pas suffit pour battre Gary Woodland, seul finaliste et vainqueur d’un premier Majeur. Koepka a fini deuxième. « Ça n’est pas grave, j’ai bien joué. Je me suis donné à fond, comme à Augusta – c’est que ça ne devait pas arriver. » Koepka, sportif en tous points, a félicité Woodland pour son jeu magnifique, méritant la victoire avec élégance.

 

Susanne Kemper

Photos © Rolex, Chris Turvey, Getty Images

Pas encore de commentaire

Laissez un message

Your email address will not be published.