Escale à Montréal

Charme et dynamisme culturel

Pour capter la personnalité de la plus grande ville franco-phone d’Amérique, il faut oublier notre façon de visiter les capitales européennes. Plutôt qu’un parcours de monument en monument, c’est une flânerie dans ses différents quar-tiers au caractère bien trempé, qui s’impose ! En effet, ce ne sont pas tant les monuments du passé qui font l’intérêt de la ville, que son ébullition conjuguée au présent.

Downtown Montréal : un quartier dédié au shopping mais qui concentre aussi des musées.

Avant le départ, pensez à réviser un peu de québécois, et rappelez-vous qu’à Montréal, c’est vous qui avez un accent ! Ici, le tutoiement est facile, et l’on vous salue d’un « Allô, ça va bien ? » dans les cafés. Et si on vous dit « merci », vous répondrez… « bienvenue » ! Les différences linguistiques sont parfois surprenantes, mais on s’attache vite au français d’Outre-Atlantique…

Quartiers & classiques de Montréal

Les triplex font le charme du quartier du Plateau ! Ces habitations typiques sont des appartements, auxquels on accède par des escaliers extérieurs.

Pour découvrir une vue emblématique sur la ville, un pèle-rinage en haut du Mont-Royal s’impose, sur les traces de Jacques Cartier qui le baptisa. La colline donna son nom à la ville de Montréal, fondée en 1642. De là-haut, il semble possible de toucher du doigt les gratte-ciels du centre-ville. Et non loin de là, l’Oratoire Saint-Joseph et sa basilique attendent les pèlerins du monde entier.

Après cette mise en jambes, il est temps de flâner dans le quartier montréalais le plus adorable ! Le Plateau s’étend au pied du Mont-Royal et est caractérisé par son architecture typique. Ses maisons appelées « triplex », ont la particularité d’être équipées d’escaliers extérieurs menant aux étages. Des portes aux couleurs vives et un soin particulier apporté aux jardinets complètent le tableau. Impossible de ne pas tomber sous le charme des lieux ! Une bonne idée est de poursuivre la balade jusqu’au Mile End, le quartier anglophone et juif devenu branché. C’est l’endroit où l’on goûtera aux fameux bagels montréalais ou à un incontournable brunch !

Sur l’Île Sainte-Hélène, la Biosphère est un vestige de l’exposition universelle de 1967, transformé en musée sur l’environnement.

Le Vieux-Montréal, quartier historique et surtout très touristique, n’a paradoxalement pas autant de cachet. Il mérite un petit tour, mais qui sera vite bouclé. À côté, le Downtown, centre-ville aux hauts buildings, est réservé aux adeptes de shopping ! Autre point d’intérêt du secteur : il concentre de nombreux musées. Ceux à ne pas manquer sont le Musée des Beaux-Arts et le Musée d’archéologie et d’histoire Pointe-à-Callière. Pour saisir l’histoire mouve-mentée du Québec, une autre visite à recommander est celle du Château Ramezay, installé dans l’ancienne maison du gouverneur.

Une pause sur l’herbe !

Pour se reposer entre deux visites culturelles, faites comme les Montréalais : « chillez » au parc ! La ville est ponctuée d’espaces verts, tous très fréquentés. Notre favori : le Parc Lafontaine, avec son plan d’eau, ou le Parc Jean Drapeau, sur l’Île Sainte-Hélène (accessible en métro comme à vélo). Un point d’intérêt remarquable de Montréal est son jardin botanique, un des plus importants au monde !

Durant la belle saison, le cœur de Montréal bat au rythme de nombreux festivals se déroulant au grand air ou sous les étoiles. Après le long hiver canadien, les Québécois profitent du plein air au maximum ; il faut les comprendre. Au programme donc : festival de cirque, de musique ou de feux d’artifice, le visiteur ne sait plus où donner de la tête ! Surveillez bien le programme avant votre arrivée dans la Belle-Province…

Avec ses nombreux parcs où il fait bon flâner, Montréal est une ville verte ! Elle cache un autre joyau pour les amateurs de nature…

Le jardin japonais et son étang plein de carpes koï.

Un jardin enchanté à Montréal

Avec ses 75 hectares, le jardin botanique, niché à côté du parc olympique, est remarquable ! Y passer une journée est une invitation au voyage car le visiteur y découvre un jardin chinois, un autre japonais, un écosystème de montagne et de nombreuses serres. En tout, ce jardin botanique com-prend une trentaine d’univers qui révèlent leurs beautés à différents moments de l’année. Sa roseraie, à admirer de préférence à la mi-juin, cumule 900 espèces ! Certaines ont même été apportées ici par les fondateurs des lieux. En 1931, le professeur de botanique Frère Marie-Victorin  et le futur conservateur des lieux, Henry Teuscher, se sont associés pour concrétiser leur rêve : doter la ville d’un  jardin botanique d’envergure. Aujourd’hui, c’est l’un des plus importants au monde.

Un lien particulier avec la Chine

Parmi les 21 000 espèces et cultivars que compte le lieu, les plus insolites se trouvent sans doute dans sa collec-tion d’arbres miniatures, une des plus importantes hors d’Asie. Bonsaïs japonais et penjings chinois, aux formes harmonieuses et émouvantes, sont présentés autour de pavillons à l’architecture typique de ces pays. Certains sont centenaires ou bicentenaires ! On y apprend que l’art de cultiver des arbres miniatures et de domestiquer leurs mouvements a pour origine la Chine et a par la suite été adopté par les Japonais.

Les penjings, ces arbres miniatures, sont présentés dans un décor typiquement chinois.

Les penjings s’admirent au cœur de l’authentique jardin chinois, fruit d’une collaboration entre Montréal et Shanghai.

Les éléments du décor, inspirés de l’époque Ming, ont été directement expédiés d’Asie, et montés par cinquante arti-sans chinois en 1990. Des pavillons traditionnels s’insèrent autour du Jardin du Lac de Rêve, traversé par des petits ponts. C’est l’œuvre de Le Weizhong, un architecte pay-sagiste chinois et le lieu a été rénové l’an dernier. À faire : voler un instant de sérénité en dégustant un thé face à la vue, dans le grand pavillon au bord du plan d’eau.

À côté, le Jardin japonais transporte le visiteur au Pays du soleil levant et reflète l’architecture et le paysagisme nippon. En suivant un sentier à travers le jardin, on découvre un ruisseau, des cascades et un étang où nagent des carpes koï. Ne ratez pas la collection de bonsaïs, qui se trouve dans une cour accessible par le pavillon culturel.

Des orchidées et des oiseaux

Le plan du jardin déployé devant soi, il faut ensuite choisir dans quelle direction poursuivre sa visite ! Le ruisseau fleuri et son étang, le jardin alpin ou les dix serres d’exposition abritant une collection d’orchidées sont à voir en priorité.

Le Jardin du Lac de Rêve et le Pavillon de l’Amitié, lieu où il est possible de prendre un thé.

D’autres jardins à thèmes, comme ceux dédiés aux plantes médicinales et toxiques ou aux plantes aquatiques, valent le coup d’œil… Le lieu réunit une grande diversité d’am-biances, mais il faut être prêt à beaucoup marcher pour tout voir ! Cette parenthèse enchantée en pleine ville est également fréquentée par la faune locale. On y croise des renards, des chipmunks et de nombreux oiseaux, comme le fameux cardinal rouge. Cela vaut la peine de les chercher des yeux, car les volatiles du Québec sont bien différents de ceux que l’on observe en Europe !

Les cascades et plans d’eau permettent de se rafraîchir lors d’une visite estivale, car le soleil peut taper fort à Montréal !

La flore des Rocheuses, de l’Himalaya, des Alpes et des régions boréales est à admirer dans le Jardin alpin.

D’un jardin à l’autre, l’ambiance change totalement et dépayse le visiteur !

Accessible en métro, le jardin botanique se trouve à côté du  Biodôme (présentant des animaux du Québec). Pour faire le tour du jardin, notre conseil est d’être prêt à marcher, et de s’équiper de chaussures confortables !

Le jardin botanique de Montréal – Québec, Canada

Tatiana Tissot

@tatianatissot

Renseignements

www.mtl.org
www.espacepourlavie.ca

Photos

© Tatiana Tissot

Pas encore de commentaire

Laissez un message

Your email address will not be published.