Justin Rose en pleine forme !

Justin Rose confirme son titre de n° 1 mondial
en remportant le Farmers Insurance Open  à Torrey Pines

Du haut des spectaculaires falaises de Torrey Pines, qui dominent le grand bleu du Pacifique, Rose a parfaitement maîtrisé ses nouveaux clubs Honma en distançant largement ses adversaires : il termine le tournoi avec un record de -21 devant Adam Scott, Jon Rahm, Rory McIlroy, Jason Day – qui était venu défendre son titre – Hideki Matsuyama, Jordan Speith, et Tiger Woods, signant ainsi un formidable début de saison 2019. Sur le 18, Rose a dédié sa victoire à son caddie Mark Fulcher récemment opéré du cœur : «Fooch, c’est pour vous ». Cette première victoire en tant que n° 1 mondial et ce tout premier triomphe sur la côte Ouest étaient aussi l’occasion de vanter les qualités de ses nouveaux clubs et de son nouveau putter Axis 1. Rose joue le Farmers Open à Torrey Pines depuis plus de dix ans : « J’apprécie le parcours Sud et je maîtrise enfin les greens (difficiles à putter à cause du poa annua), le parcours Nord était assez fluide, ce qui m’a permis de rendre une carte de -9 le premier jour. Aujourd’hui (dernier jour) a été une bonne journée avec beaucoup de coups gagnants. Cette victoire à Torrey Pines est ma dixième sur le PGA Tour, c’est très spécial pour moi car je bats le record de Sir Nick Faldo qui avait remporté neuf titres durant sa carrière. J’ai travaillé dur pour en arriver là, j’adore relever ces défis et le fait de remporter cette victoire en janvier augure d’une belle année. Je compte bien m’amuser comme en 2002 lors de ma première victoire en Afrique du Sud.»

Le dernier jour avait plutôt mal commencé, « ça ne se passait pas comme prévu » : pas de mauvais coups mais trois bogeys sur les cinq premiers trous ; au 6, il est parvenu à équilibrer et reprendre le contrôle du jeu en enchainant un birdie. Il s’encourageait lui-même : « Tu es n° 1 pour une raison. Joue comme ça, s’il te plaît. » Seul Scott, qui a fini deuxième, a pu mettre Rose sous pression. Les scores sur ce tournoi ont été inhabituellement bas cette année en raison de la pluie qui a adouci le terrain et du temps chaud et ensoleillé. Le dernier jour, Woods a rendu une carte de 67, son meilleur tour, il commence sa saison en se classant vingtième à égalité, mais il n’a jamais été menaçant à Torrey Pines, bien qu’il y ait remporté huit victoires auparavant. Scott était lucide : « Rose est le n° 1 mondial et il le prouve. »

Le joueur anglais, Justin Rose, 38 ans, est né en Afrique du Sud. Depuis 1995, il est le premier à Torrey Pines, à rendre une carte de score dans les 60 sur quatre jours d’affilée. Il a gagné $ 1,28 million, ce qui porte le total de ses gains à $ 51,02 millions, plus une planche de surf. « Je vis aux Bahamas, il n’y pas de vagues comme ici, alors je ne sais pas encore où je vais l’essayer. J’ai réalisé qu’au cours de ma carrière j’avais eu des breaks et aussi la chance de remporter des tournois. Lors des JO de Rio, j’ai heureusement décroché l’or ce qui m’a permis de mieux supporter la victoire de Garcia aux Masters de l’année suivante. »

Rose a fait une superbe saison 2018 en remportant la Fedex Cup à East Lake avec un bonus de $ 10 millions et la victoire au WGC-HSBC Champions 2018, au Fort Worth Invitational ; il a terminé onze fois dans les dix premiers, a partagé la deuxième place au British Open à Carnoustie, puis en novembre 2018 il a défendu et conservé avec brio son titre sur le Turkish Airlines Open, tournoi des Rolex Series sur le Tour Européen. En effet sur le parcours du Regnum Carya Resort, Belek, où il avait remporté le Turkish Airlines Open en un an auparavant, Rose a été mis à rude épreuve pour défendre et conserver son titre. Sous pression et parfois hésitant, il a perdu ses deux coups d’avance en faisant bogey sur les deux derniers trous, ce qui l’a conduit au play-off contre Haotong Li. Un défi brillamment relevé, sur le premier trou de mort subite, avec un par. Déjà vainqueur en 2017, l’Anglais conserve son titre et remporte son douzième titre sur le Tour.

« Il m’a fallu vingt ans pour défendre un titre, donc c’est génial de pouvoir s’imposer. Ces derniers temps, je n’ai eu le droit, oserais-je dire, qu’à des lots de consolation : je suis devenu numéro un mondial en perdant en play-off, j’ai terminé quatrième mais j’ai remporté la FedEx Cup. J’avais à cœur de revenir dans le cercle des vainqueurs et c’est très bien de le faire aujourd’hui. »

Rose – excellent frappeur – a souvent été tracassé par son putting ; en 2018, il a grimpé à la quatrième place du classement statistique après avoir travaillé avec le gourou Phil Kenyon. La régularité de Rose a été la clé de son ascension dans le classement, avec seulement deux victoires mais des classements dans le « top-ten » dans les tournois mondiaux, ce qui lui a permis de se battre pour la Race to Dubai derrière Molinari et Fleetwood.

Rose n’a pas vraiment pu célébrer sa victoire à Torrey Pines, parti aussi vite rejoindre le Saudi International, la nouvelle épreuve du Tour Européen qui se déroule en Arabie Saoudite.
Étaient présents quatre des cinq meilleurs joueurs mondiaux. L’Anglais n° 1 mondial était rejoint par Brooks Koepka, 2e mondial et Dustin Johnson n° 3 mondial. Bryson DeChambeau, vainqueur à Dubai et n° 5 mondial, est venu compléter cette sélection « royale ». Dustin Johnson signe la première victoire de ce nouveau tournoi.

La présence des meilleurs joueurs planétaires dans ce pays hautement controversé, peut se discuter, mais Justin Rose est resté clair : « Je ne suis pas un politicien, je suis un joueur professionnel de golf sur le Tour Européen et je supporte mon circuit. Jouer le Saudi International est une occasion de prendre beaucoup de points, le parcours est bon et l’expérience inédite. »

Grâce à son impressionnante maîtrise sur le parcours plus que difficile de Torrey Pines, Rose se sent au meilleur de sa forme… Son rêve, de rejoindre le «World Golf Hall of Fame» continue…

Susanne Kemper
Photos

© Farmers Insurance Open

Pas encore de commentaire

Laissez un message

Your email address will not be published.