Kapalua Golf Club, Hawaii

Aloha de Hawaii

Un bouquet de réjouissances à tous niveaux

2020 a commencé en beauté sur la merveilleuse île d’Hawaï et plus particulièrement avec le Sentry Tournament of Champions qui réunissait un plateau de 34 champions (cinq dans le Top 20 mondial) sur le somptueux parcours de The Plantation Course à Kapalua Golf. Redessiné par les architectes Ben Crenshaw et Bill Coore, 30 ans après le premier coup de pelle, The Plantation Course vient juste d’être rénové pour un budget de 11 millions de dollars.

Ben Crenshaw, ouvert et amical, déclare : « Je suis ravi du travail, des retouches et de l’achèvement de cette rénovation. Je suis très heureux et satisfait de pouvoir apprécier le déroulement du tournoi aujourd’hui, avec ces conditions météo. Ce terrain spec- taculaire est incroyable. Nous savons que les joueurs aiment ce parcours. » Les golfeurs se ruent sur le majestueux trou 11, un par-3 d’où l’on peut observer le déferlement des vagues de surf, les sauts des baleines et l’île de Molokai au loin… puis sur le 18, un long par-5 qui offre une vue sublime et un fairway dérivant en direction de l’océan : un site incontournable, inoubliable !

Justin Thomas, vainqueur pour la 2e fois du Sentry Tournament of Champions sur The Plantation Course, Kapalua, Maui.
Il est le seul avec Jack Nicklaus et Tiger Woods a avoir gagné autant de titres
en PGA avant l’age de 30 ans.

Justin Thomas, quatrième joueur mondial (vainqueur de Kapalua Sentry en 2017) a affronté les fortes rafales de vent et la pluie avec endurance, menant le tournoi pendant les trois premiers jours et jusqu’au trou 15 le dimanche après-midi. Puis il a laissé passer quelques erreurs qui ont permis au champion en titre, Xander Schauffele, de revenir dans le match sans pour autant conclure sur le 18. S’en est suivi un play-off à trois avec Schauffele et Patrick Reed, ce qui n’a pas manqué de galvaniser l’enthousiasme et les rivalités des fans sur le fameux 18. Schauffele a été éliminé lors du premier tour. Reed et Thomas sont revenus deux fois au départ du 18, sur fond de coucher de soleil. Enfin, c’est au troisième tour de play-off que Thomas a remporté le match avec un birdie, son 12e titre sur le PGA Tour – son deuxième trophée au Sentry Tourna- ment of Champions en trois ans. « JT » est le « Roi des îles » 2020 ! Il avait rendu une carte de 59 lors du premier tour du Sony Open en 2017 et aussi remporté Kapalua. JT avait le sourire après sa victoire : « À la fin de la journée, vous avez besoin que les choses aillent dans votre sens et c’est ce qu’il s’est passé aujourd’hui. Je me sens bien et je suis heureux d’être revenu ici. »

Ernie Els reste toutefois le « Roi des îles », ses gains à Hawaï s’élèvent à 5,2 millions de dollars avec ses victoires sur le Sony Open de Waialae CC et le Sentry de Kapalua. Els a fait ses pre- miers pas en tant que senior au Mitsubishi Classic de Hualallai sur le Champions Tour, à Kona, en janvier 2020, terminant à égalité en tête avec Fred Couples et Miguel-Angel Jimenez. Els a perdu contre le birdie de Jimenez lors du play-off.

Le Country Club de Waialea, hôte du Sony Open doté de 6,8 millions de dollars, a accueilli les joueurs dans des conditions météo plutôt maussades, vraiment pas « Aloha » ; pluie battante, vent et températures fraîches au pied de Diamond Head, tout près de la célèbre plage de Waikiki. Le play-off entre l’Américain Brendon Steele et l’Australien Cam Smith s’est conclu dès le premier tour par la victoire de Smith. En quittant l’Australie pour le Sony Open, Smith s’est engagé à soutenir les Australiens après les terribles pertes dues aux incendies, il était ravi de gagner et d’en faire profiter une cause qui lui tient à cœur.

Hawaï est l’une des destinations de golf les plus prisées au monde et comprend de superbes parcours réalisés par de célèbres designers, comme l’emblématique Mauna Kea de RT Jones, le Manele Golf Course, Lanai de Jack Nicklaus, l’Arnold Palmer Course, à Turtle Bay Resort, le Plantation course de Crenshaw et Coore, à Kapalua, Maui, le Prince Course de RT Jones Junior, à Princeville, Kauai, et bien d’autres encore.

Le premier parcours conçu par Ernie Els à Hawaï – Hoakalei Country Club – fut inauguré en 2008. Ouvert aux membres inter- nationaux et locaux, il fait face au Pacifique sur Ewa Beach, Oahu. Un parcours difficile avec des trous mémorables. Je n’étais pas revenue depuis ma première visite lors de l’ouverture, il y a plus de dix ans. J’ai pu alors découvrir le magnifique clubhouse construit récemment pour un budget de 23 millions de dollars. On y trouve le très beau restaurant Reflections, une piscine à débordement, un sauna, un bar extérieur décontracté, sans parler des salons, des longues terrasses avec vue sur le parcours et du pro-shop haut de gamme. Les installations d’entraînement sont à la pointe et le service est irréprochable de l’arrivée jusqu’au départ, Ken Terao, directeur exécutif d’Hoakalei Country Club et son équipe sont très attentifs et aimables. Le nouveau propriétaire qui possède

également deux autres parcours au Japon a non seulement construit le clubhouse, mais aussi amélioré le terrain et son entretien. La mise à niveau prévoit d’ajouter des installations et de proposer des conditions d’adhésion enthousiasmantes.

Hoakalei s’étend sur 6’778 mètres (le plus long parcours d’Hawaï), le terrain est vallonné avec de nombreux bunkers stratégiques et divers obstacles d’eau. Ce parcours demande un jeu précis et constant pour permettre de scorer. Selon les éléments et la dis- position imaginée par Els, le jeu change avec les vents de l’océan ; cinq options de départ permettent à chacun d’adapter le jeu à son niveau. Les greens sont ondulés, en plateaux mais spacieux. Le 7 est un superbe par-4. Le 12, un par-3 de 178 mètres où l’eau et le vent renforcent le défi, est très apprécié. Sur le 8, un par-4 difficile, il est nécessaire de bien mesurer la longueur et d’être précis. Classé deuxième parcours le plus difficile d’Hawaï, Hoakalei CC accueille les qualifications pour le Sony Open.

Le restaurant Reflections propose une cuisine délicieuse aux influences japonaises, asiatiques, hawaïennes et européennes. Le hamburger à la japonaise est top. La chaudrée de palourdes est sensationnelle et le Ahi tartare épicé était une véritable révélation. Le Chef Kosaka gère une brigade de haut niveau. La sélection de vins haut de gamme et de boissons s’accorde parfaitement aux standards du guide Michelin. Cierra et John proposent de délicieux cocktails, à apprécier sur la terrasse, avec vue sur le 1 et le 18. Le mojito aux concombres est extra. Mahalo (Merci)!

Des parcours exceptionnels vous attendent dans un cadre idyllique. Aloha !

 

SK

www.golfatkapalua.com www.hoakaleicountryclub.com

Photos © Dave Sansom Photography, Hoakalai Country Club, Kapalua Golf, Rolex – Chris Turvey

Pas encore de commentaire

Laissez un message

Your email address will not be published.