« Le chic français » en lumière à Évian

Vue intérieure du Palais Lumière © Pierre Thiriet


Le magnifique Palais Lumière n’aurait pas pu faire meilleure reconversion. L’établissement thermal d’autrefois est devenu un centre culturel et de congrès accueillant depuis déjà plus de 10 ans de somptueuses expositions. Inscrit à l’inventaire des Monuments historiques, le Palais Lumière est un des plus beaux témoignages de l’architecture des villes d’eaux du début du XXe siècle. La restauration et le travail des architectes ont été étudiés et réalisés dans le plus grand respect des codes architecturaux afin de rester fidèle à ce que fut l’édifice à son époque. Grâce à la qualité de ces aménagements et au choix d’une programmation prestigieuse, la ville d’Évian a réussi en peu de temps à faire de l’espace d’exposition un pôle de référence.

Harper’s Bazaar, Jean Moral, 1934 © B. Moral, musée Nicéphore Niépce

L’exposition « Le chic français » présentée au Palais Lumière du 28 octobre 2017 au 21 janvier 2018, porte un regard rétrospectif sur l’histoire de la photographie de mode du XXe siècle en France dont l’évolution est étroitement liée à celle de la femme dans la société. Les débuts de la photographie de mode sont timides et peu audacieux. De nombreux magazines diffusent la mode au début du XXe siècle mais le dessin y occupe une place prépondérante.

Femina Modes d’hiver, 1936 © Musée Nicéphore Niépce, ville de Chalon-sur-Saône

Si dans les médias, la place de la photographie de mode connait un essor similaire à celui de la photographie en général, jusque dans les années 1920, les contraintes liées aux techniques d’impression ne favorisent pas son utilisation. Les photographes travaillent en studio, les modèles restent statiques et les mises en pages sont rigides et peu inventives. Cette mise en scène de la mode et du vêtement est évidemment à mettre en correspondance avec le sta-tut de la femme dans la société. Dans les années 1920-30, une « nouvelle vision » s’impose. Des photographes comme Jean Moral, Maurice Tabard, André Steiner, pratiquent une photographie résolument moderne et différente. Pendant l’entre-deux guerres, la photographie et les magazines accompagnent et soutiennent l’émancipation des femmes. Les photographes offrent une nouvelle image de la femme, une « vision » enfin libérée. Cette exposition surprenante est un voyage dans le temps où l’histoire de la femme au travers de la mode se raconte en images, un hommage aux incontournables artistes du XXe siècle.

Delphine Lugrin

de.lugrin@ou-magazine.com

Renseignements et réservation

www.palaislumiere.fr

Pas encore de commentaire

Laissez un message

Your email address will not be published.