Maison Ruinart et artgenève

La 8e édition d’artgenève s’est tenue du 30 janvier au 3 février dernier, réunissant un public nombreux dès le premier jour avec le vernissage du « salon d’art ».

Sans conteste, artgenève s’impose comme un rendez-vous international majeur tant pour les professionnels que pour les collectionneurs suisses et étrangers. En adoptant le concept de « salon d’art », artgenève a rassemblé des expositions institutionnelles originales des plus grandes galeries internationales. L’intégration du design et des arts décoratifs au PAD Genève (Pavillon des Arts et du Design) a contribué pour la seconde année, à enrichir l’offre du salon.

Pour sa sixième participation consécutive à artgenève, la Maison Ruinart a mis en scène deux artistes et leurs œuvres exclusives. Au cœur du PAD, le VIP Lounge Ruinart invitait à découvrir une série de photos exposées par le jeune artiste Simon Lehner, lauréat autrichien du Prix de la Maison Ruinart 2018 et lauréat Carte Blanche Étudiant 2018. Interprétant le temps qui passe, les techniques de production, l’histoire de la Maison Ruinart et son héritage, la vision de Simon Lehner établit un parallèle entre la photographie et l’art du champagne.

C’est à l’âge de 15 ans, lors d’un cours de photo, que Simon a une révélation et choisit d’en faire son métier. Sa collaboration avec la Maison Ruinart est une merveilleuse opportunité de travailler sur le lien entre l’homme et la nature, l’évolution des moyens de production qui passent de techniques traditionnelles à des méthodes plus industrielles. De ses traits doux et de son regard bienveillant se dégagent une vraie profondeur et une maturité exceptionnelle. Il puise son inspiration dans ses « expériences personnelles liées au travail, chargées d’émotions et de sentiments ». L’œuvre de Cartier-Bresson occupe aussi une place importante dans sa vision artistique. Il porte un regard poétique sur la photo­graphie, « la nature est omniprésente dans mon regard ».

Parmi la série de photos, certaines sont prises de façon très naturelle, d’autres sont retravaillées : « J’ai choisi une ancienne peinture de la Maison Ruinart sur laquelle j’ai ajouté des éléments extérieurs, comme le sirop qui apporte l’aspect liquoreux du champagne. C’est une façon différente d’interpréter la fabrication du champagne. » Il travaille aussi ses photos en utilisant les techniques modernes comme l’informatique. « Des peintures, dessins, notes, documents d’archives associés à des images générées par ordinateur, cela ne me dérange pas tant, que je parviens à reproduire le sentiment que j’avais en tête. »

Simon Lehner partage les valeurs de la Maison Ruinart où la nature et l’humain jouent un rôle majeur pour offrir une expérience de grande qualité, cheminant avec cohérence entre tradition et modernité.

La Maison Ruinart a également exposé à artgenève l’œuvre réalisée par le célèbre artiste chinois Liu Bolin, connu pour son art du camouflage. L’artiste a travaillé à partir du célèbre tableau Le déjeuner d’huîtres peint par Jean-François de Troy en 1735. Cette peinture, commandée par Louis XV pour le Château de Versailles, est la première représentation du champagne dans l’histoire de l’art. Le déjeuner d’huîtres était exposé en exclusivité et pour la première fois en Suisse, au Lounge Ruinart.

Pas encore de commentaire

Laissez un message

Your email address will not be published.